démonstration chanbara

Onomatopée japonaise qui exprime le bruit des sabres qui s'entrechoquent, le Chanbara a été créé en 1971 au Japon par des escrimeurs conscients qu'il fallait adapter leur art traditionnel à la société moderne pour continuer à intéresser les jeunes.

L'un des aspects divertissant du Sport Chanbara est la diversité des armes en mousse utilisées. Le pratiquant commençant par le sabre court, arme la plus facile à manier, pourra essayer, suivant ses progrès, le sabre long, les deux à la fois, la lance, le poignard, …

De cette façon, chacun découvrira lui-même ses aptitudes et sa préférence aux différentes armes.

Le combat dans le Sport Chanbara ne se fait pas seulement à arme égale, chacun peut prendre l’arme de son choix ; on peut se battre même contre plusieurs adversaires ou plusieurs contre plusieurs.

Après s'être rapidement propagé au Japon, le Chanbara a conquis d'autres pays comme les USA, Canada, Australie, France, Italie, Finlande, Russie, Iran et Chine. Le championnat du monde se déroule chaque automne au Japon depuis 31 ans.

Une des raisons de son succès est l'absence de règles strictes. Le Sport Chanbara se veut l’héritier direct et fidèle des combats livrés entre samouraïs de par son esprit et son réalisme. A la différence d’autres arts martiaux, le Sport Chanbara n’a pas subit de codification extrême puisque tous les coups susceptibles de défaire l’adversaire sont admis.

Il nous apprend donc qu'il n'y a pas de mauvaise manière de combattre : un des pratiquants peut avoir des techniques du kendo pendant que son adversaire utilise des techniques de l'escrime européenne. Les deux peuvent s'entraîner avec les mêmes armes et combattre avec la même règle - couper sans se faire couper - et sans la peur de blesser la personne en face de soi.

Le Chanbara a été importé en France en 1994 et compte actuellement un peu plus de 700 licenciés.

 

démonstration chanbara